Uechi-ryu, entre passion et progression
Une Coupe de France à l’image de la saison

paupière qui tombent que faire Uechi-ryu, entre passion et progression

rechercher vols moins chers 9 juillet 2018 - villevieille code postal Karaté

tech zone chanels

parole comme ils disent Traditionnel point d’orgue national de l’année pour la discipline, la Coupe de France de uechi-ryu fut cette saison encore l’occasion de réunir plus de deux cents compétiteurs sur les sept cents que compte la FFK. Une participation en hausse, de même que le niveau général, stimulé par l’évolution des règlements, pour un bilan annuel positif.

credit photo : DR / FFK
credit photo : DR / FFK

décoller miroir adhésif Depuis 2006, le rite est immuable au printemps : direction Maisons-Laffitte dans les Yvelines pour la treizième Coupe de France de uechi-ryu, cet art martial imaginé par Kanbun Uechi après dix années passées aux côtés d’un expert de boxe chinoise en Chine du Sud. Un évènement à ne pas manquer, ouvert à tout compétiteur licencié FFK, quel que soit son style ou sa discipline. « Ce partage de connaissances nous semble très intéressant, comme nous pouvons également l’observer entre les arbitres, présente Didier Lorho, référent fédéral. Joël Loques, arbitre mondial, nous a d’ailleurs fait l’amitié de sa présence et, pour sa première, il a fortement apprécié notre art martial. »

nagesh gurunath facebook Sur les tapis, ce sont plus de deux cents compétiteurs qui se sont disputés les titres nationaux, visiblement satisfaits de l’évolution des règles. Depuis l’an passé, les techniciens kyu doivent en effet présenter deux katas minimum, avec alternance obligatoire, tandis que les 1er dan et plus sont tenus de changer de kata à chaque tour. « Ce piment supplémentaire offre du challenge, et cela donne la chance à tout le monde », se réjouit Didier Lorho. De même, les combattants suivent un règlement évolutif qui leur permet d’approfondir leur pratique au fil des saisons : 2 ippon ou 4 waza-ari pour l’emporter jusqu’en juniors, avec low kicks autorisés pour les cadets-juniors, auxquels s’ajoutent pour les seniors clés de soumission et étranglements pour un seul ippon nécessaire.

credit photo : FFK/ DR
credit photo : FFK/ DR

peggotty bis dieppe « Le niveau général ne cesse de progresser d’année en année, preuve que nous ne sommes pas dans le faux puisque les gens y prennent goût et s’approprient la mécanique, poursuit le responsable, avant d’avancer les bons résultats connus par les adeptes de uechi-ryu lors des championnats kata de la FFK. Nous avons une cadette championne des Yvelines, un cadet champion du Val d’Oise ainsi qu’une qualifiée pour les France kata. C’est le signe que le uechi-ryu poursuit sa démocratisation. C’est très encourageant pour l’avenir. » Au lendemain des compétitions, trois heures durant, les experts japonais Seisuke Adaniya et Yukinobu Shimabukuro ont professé leur savoir à une cinquantaine de pratiquants, parmi lesquels des Russes fidèles aux préceptes du 8e dan professeur au club de Carrières-sur-Seine. Histoire de mettre un joli point final à cette saison pour déjà mieux se projeter sur la suivante.